le sapin illuminé

détail d'une aquarelle de Roger Romann montrant la découverte du grand sapin dans la forêt par le

chevrier Gottlieb

Voici un extrait du livre "les plus beaux Noëls d'Alsace" de Michel Loetscher

ici

En 1494, Sébastien Brant fait allusion, sans sa Nef des Fous, à cette coutume des Meyen(branches): "celui qui n'a rien de nouveau, qui ne va pas chanter à l'occasion du nouvel an, qui n'accroche pas des branches de sapin bien vertes dans sa maison, celui-ci craint qu'il ne laisse sa vie au cours de l'année..."

Les livres de comptes de la Ville de Sélestat (Bas-Rhin) font état dès 1521 d'une autorisation accordée aux gardes forestiers de couper de petits sapins pour la fête de Noël: ainsi, des branches, l'esprit de la fête passe à l'arbre entier...

Avec la réforme de 1529, les protestants adoptent l'arbre de Noël comme symbole de la connaissance du bien et du mal et en propagent la coutume par l'école. Un chroniqueur de passage à Strasbourg mentionne en 1605 l'existence d'un sapin de Noël et évoque un décor fait de pommes, de roses de papier multicolore, d'hosties, de sucreries, et précise que le pied du sapin était fixé dans un cadre de forme carrée.

A partir de son berceau alsacien, le sapin de Noël essaime dans toute la France et même dans le monde entier. Après l'annexion de l'Alsace au jeune Empire allemand, en 1870, les exilés alsaciens emmènent avec eux la tradition du sapin pendant que le Reich en encourage la diffusion dans son Reichsland Elsass Lothringen (Empire Alsace Lorraine) afin de rapprocher les Alsaciens des Allemands...

Mais déjà en 1837, aux Tuileries, la princesse Hélène de Mecklembourg (1814-1858), belle-fille du roi Louis-Philippe, fait dresser l'année de son mariage avec le Duc l'Orléans (1810-1842), le premier arbre de Noël, renouant ainsi avec une coutume répandue dans son pays natal. Elle fait école parmi les  têtes couronnées. Ainsi, en 1841, le prince Albert (également d'origine allemande) et la reine Victoria adoptent au château de Windsor la tradition de ce que Charles Dickens (1812-1871) appelle "le joli petit jouet allemand": le sapin décoré et illuminé.

PICT0107

représentation de sapins traditionnels à l'église St Georges à Sélestat. Autrefois (il y a très longtemps), les sapins de Noël étaient accrochés à une poutre du plafond.